Non, le taux vibratoire de la Terre n’augmente pas, il est en baisse

Le taux vibratoire de la Terre baisse drastiquement. J’ai lu à de nombreuses reprises toutes sortes d’affirmations établissant le fait que le taux vibratoire de la Terre était en hausse et que nous devions faire en sorte de nous adapter pour accueillir ce changement. Il n’en est rien.

par Emmanuel Comte chercheur, auteur et formateur

Emmanuel Comte est auteur de

medson.net

Vibrations

Il existe plusieurs sortes de vibrations sur la Terre :

Les vibrations telluriques, les vibrations cosmiques et hélas, une partie des vibrations… humaines.
Les personnes prétendant que la vibration de le Terre « augmente » se basent sur la lecture des ondes dites de Schumann.

Nous allons voir qu’elles restent stables et que cela contredit ce genre d’affirmation. Par contre les « activités » humaines font baisser les vibrations terrestres. Explications.

Une fausse intégration du phénomène physique des ondes de Schumann, appelées « Résonance de Schumann » est à l’origine de la désinformation au sujet du « taux vibratoire de la Terre » qui augmente.

Qu’est-ce qu’un taux vibratoire ?

La première question qu’on pourrait poser aux personnes qui suspectent le contraire est : qu’est-ce qu’un taux vibratoire ?

Un taux vibratoire terrestre représenterait une sorte de moyenne de vibration globale, calculée ou mesurée de manière hypothétique, une sorte d’onde de vie, caractérisant la synthèse de toutes les vibrations terrestres. Ce taux inclurait les vibrations telluriques, cosmiques et humaines.

Ces dernières sont caractérisée par de la pollution, du minage, de l’exploitation sous toutes ses formes, des guerres et conflits armés, de la  pollution spirituelle engendrée par la publicité, les médias, la culture et par énormément de pollution mentale. À ces dernières, il convient d’ajouter aussi celles, générées de façon positives par les personnes méditantes et de bonne volonté, ayant une vie tournée vers l’amour et l’altruisme. Les vibrations d’amour arriveront-elles à contrebalancer le déferlement destructeur, largement au pouvoir aujourd’hui et soutenu par le 0,1 % qui gouverne le monde ?

La résonance de Schumann demeure stable

Parmi les vibrations cosmiques affectant la Terre, figurent les ondes dites de Schumann appelées aussi Résonance de Schumann. La ritournelle concernant l’« évolution » des ondes de Schumann fait partie des plus gros mensonges véhiculés par les courants new-age à ce sujet.

À tout moment, environ 2 000 orages se manifestent au-dessus de la Terre, produisant une cinquantaine d’éclairs par seconde. Chaque décharge de foudre associée à ces éclairs, crée des ondes électromagnétiques qui circulent tout autour de la Terre et sont capturées entre la surface continentale et la haute atmosphère à une hauteur d’environ 100 Km.

Certaines de ces fréquences – si elles ont la bonne longueur d’onde – se combinent en résonance, en augmentant leur amplitude, pour créer une pulsation répétitive, comme celle d’un battement cardiaque, et sont connues sous le nom de « Résonance de Schumann ». Cette résonance fournit un outil utile pour analyser les phénomènes météorologiques, l’environnement électrique de l’atmosphère, et même pour aider à déterminer quels types d’atomes et de molécules existent dans ce milieu.

Les vagues créées par les décharges de la foudre ne ressemblent pas aux vagues montantes et descendantes de l’océan, mais alternent toujours avec des phases de plus grande énergie et de moins grande énergie. Ces ondes restent piégées à l’intérieur du plafond atmosphérique créé par le bord supérieur de l’ionosphère – une partie de l’atmosphère remplie de particules chargées, qui commence à environ 100 Km à la limite de l’atmosphère terrestre. Dans ce cas, la zone de résonance nécessite que l’onde soit aussi longue ou proportionnelle à la circonférence terrestre.

Il s’agit d’une onde ayant une fréquence extrêmement basse pouvant atteindre 8 Hz, soit environ 100 000 fois moins que les ondes radio de plus basse fréquence utilisées pour envoyer les signaux AM / FM à travers l’atmosphère. Comme cette vague circule autour de la Terre, elle frappe en écho continuel de telle sorte que les crêtes et les creux sont constamment alignés, d’où le terme de « résonance ».

Winfried Otto Schumann (1888-1974) est un physicien allemand qui prédit les résonances de Schumann, une série de résonances en extrêmement basses fréquences dues aux décharges électriques des éclairs dans l’atmosphère.

Alors qu’elles avaient été prédites en 1952, les résonances de Schumann ont d’abord été mesurées de manière fiable au début des années 1960. Depuis lors, les scientifiques ont découvert que les variations de cette résonance correspondent aux changements des saisons, aux variations de l’activité solaire, de l’activité dans l’environnement magnétique de la Terre, dans les aérosols présents dans l’atmosphère et d’autres phénomènes liés à l’activité terrestre [1]. 

La compression illusoire du temps.
Le temps est une composante cyclique de l’Infini

Les communications humaines s’accélèrent et la vibration de la Terre chute… drastiquement. Là est le vrai phénomène. « Autrefois », disons depuis 1950, la télévision jouait le rôle de système nerveux de l’humanité, aujourd’hui c’est Internet qui joue ce rôle. L’accélération phénoménale des communications humaines en terme d’ondes et de moyens de transport de tous ordres est responsable de la « compression » du temps.

Cela s’illustre très facilement par l’exemple suivant : écrire une lettre, la poster et attendre la réponse en comparaison avec l’écriture de la même lettre en message texte. Le « temps » n’existe pas, c’est une composante éternellement cyclique de l’infini.

Le « temps » est donc une notion relative. Tout s’accélère en termes de communication : cela est dû à l’augmentation exponentielle de la vitesse de communication entre les humains, grâce à la facilitation des transports, à Internet, aux téléphones intelligents, permettant de développer exponentiellement les échanges d’information par textos, sms, réseaux sociaux.

La communication humaine s’accélère et modifie la perception du temps

Dans le livre Le Son de Vie, le sujet des Ondes de Schumann est évoqué. Ces ondes atmosphériques stationnaires, entrent en résonance avec la circonférence du globe terrestre, soit 40 075 Km, tel que décrit plus haut.

Les éclairs alimentent en permanence la haute atmosphère en créant des ondes stationnaires qui entrent en résonance avec la longueur d’onde créée par la circonférence de la Terre.

La Terre quant à elle, reste stable dans sa vibration. Dans mon livre Le Son de Vie [2], j’énumère plusieurs types de vibrations au niveau du magnétisme terrestre et du tellurisme.

J’évoque bien-sûr les Ondes de Schumann qui sont des ondes atmosphériques stationnaires, en résonance avec la circonférence du globe terrestre, soit 40 075 Km, décrites plus haut.

On mesure la circonférence de la Terre depuis plus de 2000 ans.
Ératosthène l’a fait. Voici comment.

En 1951, Winfried Otto Schumann a identifié les ondes qui portent son nom et qui sont dues à l’activité électrique de la haute atmosphère terrestre qui génère des éclairs dans une échelle d’occurrence située entre environ 50 et 100 fois par seconde. La difficulté rencontrée pour les mettre en évidence et prouver leur existence, fut de pouvoir isoler ce « chant » du bruit de fond ambiant. Nicola Tesla a pressenti l’existence de cette onde stationnaire en 1905 [3] .

Nikola Tesla (1856-1943) prédit en 1905 (ci-contre) la possibilité d’utiliser la capacité de résonance de l’atmosphère terrestre en générant des ondes de basse fréquence à 6 Hz.

La tour de Wardenclyffe (1901–1917) a été conçue pour démontrer la possibilité de transmission d’énergie électrique sans fil à travers la cavité résonante de l’atmosphère terrestre.

L’onde stationnaire dite de Schumann est d’environ 8 Hz, 7,83 Hz pour être précis, avec des variations journalières de +/- 0,5 Hz et des harmoniques. Ces vibrations atmosphériques sont mesurées en temps réel par plusieurs laboratoires universitaires à travers le monde

Cette onde reste stable et n’a aucune croissance, comme certaines rumeurs improbables le laissent entendre. Cette stabilité est en mouvement, puisque de faibles variations journalières sont enregistrées, comme une oscillation. Sous-entendre que cette vibration puisse « évoluer », laisserait supposer que la circonférence terrestre augmenterait ou diminuerait, ce qui n’est pas le cas, jusqu’à preuve du contraire.

Image spectrale des ondes de Schumann en temps réel au 20 déc. 2018

La ligne orangée à environ 7 Hz témoigne clairement la stabilité de la vibration fondamentale à 7,83 Hz. Les lignes horizontales supérieures montrent les harmoniques. Ces lignes sont caractéristiques des schémas obtenus par analyse spectrale des sons musicaux, avec fondamentale et harmoniques supérieures. Le reste est du bruit de fond électromagnétique.

Image spectrale des ondes de Schumann en temps réel au 24 fév. 2019

La ligne verte sur fond bleu clair située dans le haut de l’image, donne une mesure à environ 7 Hz et témoigne clairement la stabilité de la vibration fondamentale à 7,83 Hz. Les lignes horizontales inférieures montrent des harmoniques. Ces lignes sont caractéristiques des schémas obtenus par analyse spectrale des sons musicaux, avec fondamentale et harmoniques supérieures. Le reste est du bruit de fond électromagnétique.
Système d’observation spatiale, Université de Tomsk (Sibérie).  Niveau du bruit de fond électromagnétique. Dépendance au niveau de l’heure locale du fond électromagnétique dans la plage allant jusqu’à 30 MHz en décibels. L’heure locale est exprimée en heure d’été de Tomsk (TLVA). TLDW = UTC + 7 heures. 

La théorie ou rumeur expliquant que la vibration terrestre atteindrait 14 Hz ou quelconque vibration supérieure à 8 Hz, n’est basée sur aucune mesure scientifique ou du moins repose sur la confusion avec une mesure spectrale intégrant une fréquence fondamentale à 8 Hz et ses harmoniques. Les mesures de l’onde de Schumann en temps réel permettent de démontrer facilement l’imposture de telles affirmations [4].

Conséquences :

  • La circonférence terrestre reste stable, donc les ondes de Schumann qui y sont proportionnelles, le restent aussi.
  • La rotation de la Terre reste stable également. Elle varie selon les paramètres de Milanković (voir vidéo explicatif ci-dessous).
  • Aucune « nouvelle dimension » n’est franchie.
  • Le champ magnétique terrestre reste stable lui aussi. Il varie en fonction le l’activité solaire et du rayonnement cosmique venant de l’infini et de toutes les directions.
  • Nous avons été créés en harmonie avec cet environnement.
  • La Résonance de Schumann est en cohérence avec les ondes Alpha basse fréquence (interface entre les ondes Alpha (relaxation) 8-12 Hz et Thêta (méditation) 4-8 Hz.
  • Il n’y a pas de « processus évolutif » car l’« Évolution » n’a jamais existé. La biologie embourbée dans le contexte fallacieux de l’Évolution sera très prochainement révolutionnée par les courants les plus avancés, démontrant que cette théorie est une mascarade.
  • Ce qui s’applique à la biologie et aux espèces vivantes, s’applique également au Cosmos : le Bigbang n’a jamais existé non plus et les astrophysiciens les plus avancés mettent plutôt en avant le concept d’infini, balayant les fantaisistes théories des univers parallèles ou tous les autres concepts imaginaires entrant en conflit avec la notion même d’infini.
  • Comme les paramètres généraux sont stables, la « vibration » de la Terre a plutôt tendance à fortement chuter du fait de l’activité agressive anti-environnementale et belligérante générée par les humains (bombardements, guerres, massacres, meurtres, exactions, catastrophes environnementales, impunité, capitalisme, etc.)
  • La Doomsday Clock est une illustration de la baisse drastique du taux vibratoire de la Terre et évoque une probabilité très élevée d’autodestruction de l’Humanité [5].
  • Seul l’amour sauvera le Monde. Voulez-vous qu’il le soit ?

Les paramètres mis en évidence par le scientifique serbe Milutin Milanković, sont une autre manière d’exprimer les variations cycliques mais des vibrations de la Terre.

Conséquemment, cette baisse drastique de vibration ou de « taux vibratoire » altère profondément par résonance plusieurs paramètres telluriques.

Par exemple elle affecte par effet de ricochet ou résonance la « force » et l’énergie des pierres utilisées en lithothérapie. C’est pour cela que nous avons cessé de les utiliser en soin.

Le quartz et les pierres de protection telles que la shungite et la tourmaline noire sont néanmoins encore utiles et échappent en terme de vibration à cette pollution de par leur nature protectrice.

Que faire pour « relever le niveau » ?

La méditation et le développement de notre relation avec l’Univers et l’Infini est le meilleur moyen de se protéger de cette pollution vibratoire ambiante et d’augmenter son propre rayonnement.

  • Méditation de protection
  • Se protéger par la visualisation
  • Pratiquer le chant Aôm [6]
  • Ne plus regarder les bulletins de nouvelles et les productions culturelles conçues pour abaisser notre niveau d’énergie
  • Aller marcher en forêt
  • Méditer près d’une cascade
  • Pratiquer la méditation de compassion et d’amour d’abord pour soi-même puis pour tout ce qui nous compose et nous entoure

Donc la théorie de l’évolution du taux vibratoire de la Terre est un mythe, comme tant d’autres que nous aimons dénoncer, à l’aide d’une démarche aimant aller au fond des choses, en développant une approche scientifique, non mystique, incluant la spiritualité et l’amour  

La Doomsday clock est une illustration de la baisse drastique du taux vibratoire de la Terre.

 

Seul l’amour sauvera le Monde

 

L’enseignement de la compréhension des vibrations pour amplifier sa propre protection, développer son harmonie et faire du bien autour de soi, se fait entre autres au moyen des diapasons thérapeutiques et d’autres techniques méditatives.

Cet enseignement diffusé par le centre de recherche MedSon (Canada), est disponible au format e-learning ou à travers nos livres et articles.

Notes

[1] ↑ Ref. : nasa.gov/mission_pages/sunearth/news/gallery/schumann-resonance.html
Traduction libre MedSon.

[2] ↑ Voir Le Son de Vie

[3] ↑ Dans la cadre de son projet d’électricité sans fil, Nikola Tesla dépose un brevet publié en 1905, dans lequel il prédit la possibilité de générer des ondes stationnaires dans la haute atmosphère : « On sait depuis longtemps que des courants électriques peuvent se propager à travers la terre. Au cours de certaines expériences que j’ai effectuées dans le but d’étudier les effets des décharges de foudre sur l’état électrique de la terre (…) [Je pense qu’il est possible d’émettre] des ondes et transmettre des oscillations électriques lentes. (…) Il est nécessaire d’employer des oscillations dans lesquelles le taux de rayonnement de l’énergie dans l’espace sous forme d’ondes hertziennes ou électromagnétiques est très faible. La fréquence la plus basse semblerait être de 6 Hz. » Traduction libre MedSon. U.S. Patent 0,787,412 – Art of Transmitting Electrical Energy through the Natural Mediums – 1905 April 18

[4] ↑ Voir Mesure de la Résonance de Schumann en temps réel. Système d’observation spatiale de l’Université de Tomsk (Sibérie).

[5] ↑ Voir le site officiel du DoomsDay Clock, Bulletin of Atomic Scientists

[6] ↑ Voir le Son d’Harmonie 

Pour en savoir plus :

Le Son de Vie 
Éd. Québécor, 2011
ISBN 978-2-7640-1757-9

Le Son d’Harmonie
Éd. MedSon 2012
ISBN 978-2-9810345-2-6

Le Son des Vibrations
Ed. Québec-Livres 2015
ISBN 978-2-7640-2417-1

© 2019 Emmanuel COMTE medson.net

Emmanuel Comte est créateur du concept
Sonologie – Sonothérapie – Toucher par les Sons©

Clause de confidentialité et droits d’auteur
Les informations personnelles concernant les patients et les visiteurs de ce site, y compris leur identité, sont confidentielles. MedSon s’engage sur l’honneur à respecter les conditions légales de confidentialité des informations médicales applicables au Canada.

Centre de Recherche Medson est la raison sociale de EVEHM PRODUCTIONS INC.
Numéro d’Entreprise du Québec (NEQ) 1142989244

L’information diffusée sur le site est destinée à encourager et non à remplacer les relations existantes entre patient et médecin. Afin d’être en conformité avec la Loi Médicale du Québec et Santé Canada, en cas de maladie, vous devez consulter un médecin
et vous conformer à ses prescriptions.

Le contenu de ces pages web ( textes, images, vidéo et musique) demeure la propriété
d’Emmanuel Comte – Centre de Recherche Medson.
Aucune reproduction totale ou partielle du contenu des pages de ce site sur quelque support que ce soit ne peut être effectuée sans l’autorisation expresse de MedSon.

Prière de citer Emmanuel Comte – Centre de Recherche Medson medson.net comme source.

Ce site n’accepte aucune forme de publicité.

Pin It on Pinterest

Share This