Pythagore et l’harmonie des sphères

Le précurseur de la Sonologie, de la Sonothérapie et du Toucher par les Sons®

Pythagore (580-497), fils d’Apollon et d’une terrienne nommée Parthénis est un scientifique et philosophe grec de l’Antiquité. Il est le père spirituel du concept de la Sonologie ou du Toucher par les Sons® –

Cette sonothérapie ou Thérapie sonore particulière, que nous avons créée, que nous pratiquons et enseignons au centre MedSon (Canada).

par Emmanuel Comte chercheur, auteur et formateur

Emmanuel Comte est auteur de

medson.net

À part d’être nommé de façon rébarbative pour tous les écoliers au sujet du fameux triangle qui porte son nom mais dont il n’est pas l’auteur, Pythagore est pour Emmanuel Comte, un maître qu’il découvrit d’une manière tout autre, après avoir composé ses premières musiques thérapeutiques, à partir de 1987.

Pythagore fut :

¤ Philosophe
¤ Mathématicien
¤ Maître spirituel
¤ Prophète de la science grecque
¤ Musicien
¤ Thérapeute
¤ Humaniste

Même si certains auteurs contestent la véracité des voyages du Maître en Chaldée (Babylone, l’Irak actuel, berceau de Sumer), il paraît certain qu’il a voyagé dans le bassin méditerranéen (Liban actuel) puis en Égypte et en Crête. Son séjour en Chaldée est moins documenté, néanmoins nous le considérons comme véridique. Ses voyages furent le contexte d’initiations philosophiques, scientifiques et spirituelles. Ils ont nourri l’enseignement qu’il dispensa à son retour en Grèce 30 ans plus tard, dans l’école qu’il fonda à Crotone (Italie du Sud, golfe de Tarente, Italie du Sud).

Son école recevait indifféremment hommes et femmes et a essaimé dans toute la Grèce.

Le pythagorisme appelé honteusement « philosophie pré-socratique » a été par la suite combattu et mis à l’index par le Vatican qui punissait de mort toute personne surprise en délit de diffusion ou de pratique des valeurs païennes prodiguées à l’origine par maître Pythagore, puisque son enseignement s’est transmis jusqu’à la Renaissance.

Pythagore de Samos (580-495 av. l’ère commune) enseignant à Crotone.  Détail de la fresque allégorique de Raphaël, L’École d’Athènes, Palais du Vatican.
La femme vêtue d’une toge  blanche et peinte au-dessus du maître avec son regard prenant, est soit son épouse Théano ou Hypathie d’Alexandrie, pythagoricienne érudite qui a vécu au 4e siècle.

Pythagore est donc classé parmi les philosophes pré-socratiques. En fait ce classement est symbolique car le maître n’a laissé aucun écrit et ses disciples directs n’ont laissé que des « fragments ». Pythagore a néanmoins eu une influence majeure sur la philosophie de Platon.

Même si les enseignements de Pythagore auxquels s’est donc largement référé Platon, ont été contestés et ridiculisés plus tard par Aristote, lui-même brillant élève de Platon, Aristote a néanmoins contribué indirectement à la diffusion du pythagorisme.

Car en décriant et ridiculisant le maître de Crotone, il l’a largement nommé et a rapporté en détail divers axes majeurs de son enseignement. Aristote permit ainsi paradoxalement à son corps défendant, une large diffusion du pythagorisme y compris lorsque quelques siècles plus tard,  le Vatican a mis cruellement cette philosophie « païenne » à l’index à partir du 3e siècle après l’ère commune, punissant de mort toute personne surprise à la diffuser. Hypathie d’Alexandrie pourrait en témoigner (sauvagement tuée par des chrétiens fanatiques) ou bien encore Giordano Bruno (1548-1600), qui a été brûlé vif à Rome en l’an 1600, pour avoir écrit sont livre : De l’infini et de la pluralité des mondes.

Platon (428-348 av. l’ère commune) L’idéaliste, son doigt pointé vers le ciel montre la voie à suivre.
Aristote (384-322 av. l’ère commune) Le terre à terre. Sa main tournée vers la terre, montre l’état d’esprit de ce philosophe qui a empoisonné spirituellement le monde pendant des siècles avec le géocentrisme. Personnages centraux de l’École d’Athènes de Raphaël, Vatican.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Il est à noter que dans l’oeuvre originale de Raphaël, Pythagore a été placé symboliquement du côté de Platon, en bas et à gauche de l’image
(voir illustration ci-dessous).

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Nicolas Copernic (1473-1543) cite Plutarque (46-125), lequel, dans un de ses livres, la Vie de Numa, décrit le système cosmologique pythagoricien, décrit par Philolaos de Crotone, qui place au centre de l’Univers un feu central éternel autour duquel gravite la Terre. Nicolas Copernic reprend cette idée révolutionnaire dans l’introduction de son livre majeur De Revolutionibus Orbium Coelestium, Des Révolutions des orbes célestes [1].

Rappelons que le pythagorisme est à l’origine de la tradition monastique du Moyen-Âge et que ses théories musicales se sont transmises jusqu’à la période baroque en Europe et que la révolution copernicienne du 16e siècle fut avant tout pythagoricienne [2].

Pythagore enseignait au moyen du monocorde car pour lui, « les lois qui régissent les sons sont les  mêmes  que  celles  qui  régissent les Mondes ».

Le monocorde pythagoricien était composé d’une seule corde tendue sur une caisse de résonance graduée. Cet instrument permettait d’étudier les proportions harmoniques et d’en écouter les correspondances sonores.

Mathématique vient du mot grec μάθημα (máthēma) signifie en grec ancien : étude, connaissance, science. Ce mot est dérivé du verbe μανθάνω (manthánô) (« apprendre »).  Máthēma signifie donc « science, connaissance », la connaissance… par le Nombre, car « tout est nombre » pour Pythagore, qui disait aussi : « un son, c’est un nombre qui chante ».

Ainsi s’exprimait le père de la Musique des Sphères… qui vers l’âge de 50 ans, après avoir voyagé longtemps et avoir été initié par les égyptiens et les chaldéens, est venu s’installer dans le golfe de Tarente, à Crotone, en Italie du Sud. Il y fonda son école qui fut très réputée et dans laquelle étaient admis comme étudiant aussi bien les femmes que les hommes.

Pythagore et le monocorde. Cet instrument composé d’une seule corde tendue sur une caisse graduée, permettait au maître d’enseigner les proportions mathématiques reliées aux sonorités harmoniques pythagoriciennes de base, à savoir : l’octave, la quinte et la quarte. Portail Ouest cathédrale de Chartres, France, appelé Portail Royal. Le maître est sur le Tympan de droite – 1ère Voussure côté droit.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
Tout est vibration

La théorie de la Musique des Sphères encore appelée l’Harmonie des Sphères est citée par Platon, Cicéron et d’autres auteurs néo-pythagoriciens comme Porphyre, Nichomaque de Gérase et Jamblique. Aristote le cite aussi, pour s’en moquer.

Cette théorie de musicalité cosmique fut reprise par Johannes Kepler au 17e siècle, celui qui a contemplé le ciel et découvert les fameuses ellipses décrites par les planètes du système solaire et qui a fracassé la sclérosante théorie géocentriste initiée par Aristote, 1950 ans plus tôt. Cette musique est redécouverte aujourd’hui par les astrophysiciens qui arrivent à écouter les sons du cosmos, comme le son du soleil ou le son de la galaxie. (voir et écouter la vidéo citée à la fin de l’article).

Pythagore avait deux sortes d’étudiants : les acousmates (les écoutants) et les mathématiciens (les connaissants). Rappelons que Mathématique vient du grec mathemata et signifie Connaissance. Les premiers étant des stagiaires pendant 5 années et les seconds, des disciples confirmés admis pour un enseignement postérieur.

Pythagore est le père de la gamme qui porte son nom et qui est basée sur l’intervalle de quinte (exemple intervalle des notes do-sol). Cette gamme était semble-t-il déjà connue des Sumériens.

Même si cette gamme est imparfaite (elle a été améliorée par Gioseffo Zarlino au 16e siècle), elle présente l’avantage d’être très facilement applicable à l’accord des instruments à cordes par transfert de sonorités obtenues par division de corde par 2 (octave) ou par 3 (quinte).

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Giosefo Zarlino (1517-1590) est connu pour avoir ajusté la gamme de Pythagore dont l’emploi devint problématique à partir de l’époque de la Renaissance où le chant polyphonique s’est considérablement développé.

Pythagore avait des idées politiques très avancées et s’est opposé aux démocrates, car pour lui seuls les « meilleurs » (un collège de personnes compétentes et humanistes) avaient la capacité de gouverner une cité.

Pythagore se retrouve cité par un grand nombre d’écrivains et philosophes anciens. Même si aucun de ses écrits ne nous est parvenu, ses disciples tels Philolaos, auquel s’est référé Copernic, se sont chargés de diffuser son enseignement.

La pensée de Pythagore tient une grande place dans l’enseignement de la Sonologie au sein du centre MedSon, à laquelle nous ajoutons volontiers celle de Démocrite (le père de la théorie des atomes se mouvant dans le vide infini).

Les deux figures emblématiques de la pensée grecque dite pré-socratique ont été oubliées pour ressurgir 1900 ans plus tard dans les écrits révolutionnaires de Nicolas Copernic, Giordano Bruno, Nicolas de Cuse et Johannes Kepler.

Pythagore s’est éteint à l’âge avancé de 83 ans. Il nous a laissé un héritage riche et incroyablement avant-gardiste dans une vision unifiée du cosmos et nous aimons lui rendre hommage. Ses derniers mots furent parait-il :

« Étudiez le monocorde ». C’est ce que nous enseignons au centre MedSon  

 

Voyager Captures Sounds of Interstellar Space  – Les captures sonores de l’espace interstellaire de la sonde Voyager ou comment l’astrophysique redécouvre la Musique des Sphères, chère à Pythagore.

Emmanuel Comte a écrit un livre de philosophie sonore qui rend largement hommage à l’enseignement de Pythagore : Le Son de Vie et la Sonorité des Mondes (2011).

4 chapitres entiers sont consacrés à Pythagore et au pythagorisme.
Chapitre 8 – La science grecque
Chapitre 9 – Le pythagorisme
Chapitre 10 – Pythagore de Samos (569-465)
Chapitre 11 – Musiques de ciel (1) : le renouveau pythagoricien

Notes

[1] Nicolas Copernic, Des Révolutions des orbes célestes (trad. du livre I, chapitres I à XI, par Alexandre Koyré, Diderot éditeur, arts et sciences (coll. Pergame), 1998). (ISBN 2-84352-086-X), préface, p. 37. Il nomme alors, dans une citation de Plutarque, Philolaus le pythagoricien (pour qui la Terre tournait, comme le Soleil et tous les astres, autour d’un feu central), Héraclide du Pont et Ecphantus le pythagoricien (qui admettaient la rotation de la Terre sur son axe). Et il poursuit : « Partant de là, j’ai commencé, moi aussi, à penser à la mobilité de la Terre ». Voir : Pseudo-Plutarque (trad. abbé Ricard), Œuvres morales, De placitis philosophorum (Les Opinions des philosophes), Paris, Lefevre éditeur, 1844, tome IV, livre III, chap. XIII, p. 322 : 
« Chapitre XIII. Du mouvement de la Terre. Tous les autres philosophes croient la Terre immobile : mais le pythagoricien Philolaüs dit qu’elle se meut autour de la région du feu, en décrivant un cercle oblique, comme le soleil et la lune. Héraclides de Pont et le pythagoricien Ecphantus font mouvoir la Terre, non qu’elle passe d’un lieu à un autre, mais elle est comme une roue fixe qui tourne sur son centre, et ce mouvement se fait d’occident en orient. » Source : Wikipedia.

[2] Voir Emmanuel Comte, Le Son de Vie, sonologie et pythagorisme.

Pour en savoir plus :

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Le Son de Vie et la sonorité des Mondes – Sonologie et pythagorisme
Éditions Québécor, 2011
ISBN 978-2-7640-1757-9

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Le Son d’Harmonie
Éditions MedSon 2012

ISBN 978-2-9810345-2-6

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Le Son des Vibrations
Editions Québec-Livres 2015

ISBN 978-2-7640-2417-1

© 2019 Emmanuel COMTE medson.net

Emmanuel Comte est créateur du concept
Sonologie – Sonothérapie – Toucher par les Sons©

Clause de confidentialité et droits d’auteur
Les informations personnelles concernant les patients et les visiteurs de ce site, y compris leur identité, sont confidentielles. MedSon s’engage sur l’honneur à respecter les conditions légales de confidentialité des informations médicales applicables au Canada.

Centre de Recherche Medson est la raison sociale de EVEHM PRODUCTIONS INC.
Numéro d’Entreprise du Québec (NEQ) 1142989244

L’information diffusée sur le site est destinée à encourager et non à remplacer les relations existantes entre patient et médecin. Afin d’être en conformité avec la Loi Médicale du Québec et Santé Canada, en cas de maladie, vous devez consulter un médecin
et vous conformer à ses prescriptions.

Le contenu de ces pages web ( textes, images, vidéo et musique) demeure la propriété
d’Emmanuel Comte – Centre de Recherche Medson.
Aucune reproduction totale ou partielle du contenu des pages de ce site sur quelque support que ce soit ne peut être effectuée sans l’autorisation expresse de MedSon.

Prière de citer Emmanuel Comte – Centre de Recherche Medson medson.net comme source.

Ce site n’accepte aucune forme de publicité.

Pin It on Pinterest

Share This